Parks Canada History
Résumés parc

Résumés parc
Île-du-Prince-Édouard

Alberta | Colombie-Britannique | Île-du-Prince-Édouard | Manitoba | Nouveau-Brunswick | Nouvelle-Écosse | Nunavut | Ontario | Québec | Saskatchewan
Terre-Neuve-et-Labrador | Territoires du Nord-Ouest | Territoire du Yukon

Tous les textes et photos sont la propriété de Parcs Canada ou le Répertoire canadien des lieux patrimoniaux (Sauf indication contraire) et ont été extraites de l'une ou l'autre Parcs Canada ou Lieux patrimoniaux du Canada. Les parcs avec un fond gris sont gérés par Parcs Canada.



©Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, 1982
Lieu historique national du Canada de l'Ancien bureau de poste de Summerside
Summerside, Île-du-Prince-Édouard

L'ancien bureau de poste de Summerside est un immeuble en briques de deux étages et demi construit entre 1883 et 1887.

L'ancien bureau de poste de Summerside a été désigné lieu historique national parce qu'il est représentatif des petits bureaux de poste urbains dessinés par Thomas Fuller quand il était architecte en chef, et qu'il a une valeur architecturale, c'est-à-dire que son extérieur n'a pas subi de changements importants, ainsi que de l'intégrité, c'est-à-dire que son implantation est judicieuse.

L'ancien bureau de poste de Summerside est un bon exemple des bureaux de poste construits par le ministère des Travaux publics dans les petits centres urbains à l'époque où Thomas Fuller était architecte en chef (1881-1886). Il est représentatif des bureaux de poste conçus par Thomas Fuller en raison de sa hauteur de deux étages et demi, de ses matériaux de qualité, de son mélange d'éléments gothiques et romans; et de son implantation bien en vue sur un terrain d'angle.

©Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, J. Butterill, 1995
Lieu historique national du Canada Apothecaries Hall
Charlottetown, Île-du-Prince-Édouard

Le lieu historique national du Canada Apothecaries Hall est un bâtiment en brique de trois étages situé au centre-ville de Charlottetown, à l'Île-du-Prince-Édouard. Il a été construit en 1900 en remplacement d’une ancienne pharmacie. Il abrite maintenant des commerces de détail au rez-de-chaussée, et des bureaux aux deux étages supérieurs.

Le Apothecaries Hall a été désigné lieu historique national parce que de 1810 à 1986 il a abrité l’une des plus anciennes pharmacies au Canada, dont l’activité a été ininterrompue depuis sa fondation.

La valeur patrimoniale de ce lieu a trait à ses liens historiques avec l’une des pharmacies canadiennes exploitées pendant une longue période, ainsi qu'aux éléments physiques adaptés à sa vocation.

©Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, 2011
Lieu historique national du Canada Ardgowan
Charlottetown, Île-du-Prince-Édouard

Maison habitée par William Henry Pope, père de la Confédération; construite vers 1850 .

Le lieu historique national Ardgowan fut la résidence de William Henry Pope, l'un des Pères de la Confédération originaires de l'Île-du-Prince-Édouard. C'est un exemple de cottage rural ornemental de l'époque victorienne. L'extérieur de la résidence ainsi que les jardins ont été rénovés pour leur redonner l'apparence qu'ils avaient à l'époque victorienne. Les visiteurs peuvent profiter de la sérénité des jardins victoriens restaurés pour faire un pique-nique en famille ou une promenade tranquille. Les bureaux administratifs de Parcs Canada, Île-du-Prince-Édouard, se trouvent dans la résidence.

Le lieu historique national du Canada Ardgowan est une élégante maison qui date du troisième quart du XIXe siècle. Située à Charlottetown, à l'Île-du-Prince-Édouard, elle est l’ancienne demeure de William Henry Pope, un des Pères de la Confédération. Elle est érigée sur un terrain de deux hectares qui faisait partie d'un domaine anciennement beaucoup plus grand. Aujourd'hui, le domaine comprend la pittoresque maison, une petite étable, servant aussi d’auberge-relais, et un jardin.

La valeur patrimoniale du lieu historique national du Canada Ardgowan a trait à ses liens avec William Henry Pope au moment de la Confédération. Les caractéristiques pittoresques de la propriété rappellent cette époque. La résidence, construite au milieu d’un jardin est un bel exemple de l’architecture néo-gothique pittoresque. Willam Henry Pope a habité à Ardgowan de 1854 à 1873. Ce domaine, situé à la périphérie de Charlottetown, est la seule résidence préservée qui fut habitée par un des Pères de la Confédération, originaire de l'île et qui a assisté à la Conférence de Charlottetown. Lors de la conférence de septembre 1864, la famille Pope a hébergé George Brown et convié à un déjeuner les délégués à la conférence. La maison est demeurée en grande partie telle qu'elle était à l'époque de la Confédération, mais ses propriétaires successifs ont percé des fenêtres en baie sur la façade, et construit de nombreux ajouts à l'arrière. Parcs Canada a fait l’acquisition d’Ardgowan en 1967, l'a réparé de 1980 à 1982 pour qu'il abrite ses bureaux, puis y a érigé en 1994 l’aile est et une section centrale.

©Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, 1990
Lieu historique national du Canada de l'Arrondissement-Historique-de-la-Rue-Great George
Charlottetown, Île-du-Prince-Édouard

Le lieu historique national du Canada de l’Arrondissement-Historique-de-la-Rue-Great George est formé d’une large rue qui s’étend sur six îlots, au cœur de Charlottetown, à l’Île-du-Prince-Édouard. À partir de son extrémité sud, au bord de l’eau, l’arrondissement longe la rue Great George vers le nord et englobe le lieu historique national du Canada Province House. La rue Great George, qui monte en pente douce à partir du « Peake’s Quay », est bordée de bâtiments aux fonctions et aux styles d’architecture privée variés; toutefois, comme les bâtiments sont de dimensions similaires et se situent à la même distance de la rue, celle-ci offre un paysage harmonieux et cohérent.

Le 31 août et le 1 septembre 1864, les Pères de la Confédération arrivent au « Peake’s Quay » pour assister à la Conférence de Charlottetown. L’événement a lieu à Province House, siège historique du gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard, situé à l’extrémité de la rue Great George. Les discussions tenues lors de cette réunion ont mené à la confédération de quatre provinces de l’Amérique du Nord britannique pour former le Dominion du Canada, le 1 juillet 1867, à Québec. Depuis 1864, la rue Great George a conservé son plan colonial d’origine, son lien étroit avec l’eau et son ascension régulière jusqu’à la place centrale où se trouve Province House, siège de l’Assemblée législative de la province. En effet, la vue qu’offre le « Peake’s Quay » sur la rue Great George n’a pas beaucoup changé et on y retrouve encore aujourd’hui beaucoup d’éléments que les Pères de la Confédération ont probablement trouvé sur leur chemin en se rendant à la Conférence de Charlottetown en 1864. Ces éléments, qui comprennent divers bâtiments de l’époque, sont principalement de style classique britannique.

L’architecture des bâtiments de la rue Great George a évolué, bien que ses arrangements spatiaux et ses structures, typiques des diverses périodes de son histoire, aient été préservés. Même si la rue demeure enracinée par l’époque de la Confédération, laquelle environ la moitié de ses bâtiments datent de cette période, ceux étants construits par la suite reflètent l’évolution du paysage urbain jusqu’à aujourd’hui. Par la richesse de ses styles et de ses types fonctionnels, l’architecture domestique des bâtiments de la rue Great George témoigne des divers aspects de la vie économique, politique et sociale de nombreux Canadiens, qui ont vu leur pays encore jeune s’épanouir après la Confédération. L’évolution des styles architecturaux des bâtiments de cette rue, notamment les styles classiques britanniques, néoclassique, à l’Italienne, néo-Queen Anne et néogothique, est d’une harmonie remarquable en raison de similitudes générales et prépondérantes dans les dimensions des bâtiments et dans leur retrait par rapport à la rue, conférant à la rue une cohérence globale.

©Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada
Lieu historique national du Canada de la Banque-des-Fermiers-de-Rustico
Rustico, Île-du-Prince-Édouard

Le lieu historique national du Canada de la Banque-des-Fermiers-de-Rustico, situé dans le petit hameau de Rustico sur l’Île-du-Prince-Édouard, est un édifice en pierre très simple et de taille modeste, construit dans le style classique britannique. Avec ses sept larges ouvertures et ses deux étages et demi, la banque est voisine d’une église, le long d’un chemin sur le bord de l’eau. L’édifice est maintenant opéré comme un musée.

La banque des fermiers de Rustico a été désignée lieu historique national en 1959 parce que cet édifice, qui a été construit sous la direction du prêtre de la paroisse Georges Antoine Belcourt, abritait une des premières banques populaires du Canada.

La banque des fermiers de Rustico illustre une étape importante dans l’évolution des banques coopératives canadiennes au XIXe siècle. Le père G. A. Belcourt a dirigé les paroissiens dans la construction de l’édifice de la banque entre 1861 et 1863. Inscrite en 1864 et dirigée par des cultivateurs et des pêcheurs, la banque qui a fonctionné jusqu’en 1894 a ouvert la voie au mouvement des caisses d’épargne et de crédit. Elle offrait des crédits à faibles taux d’intérêt et des petits prêts qui permettaient aux agriculteurs de cette communauté à prédominance acadienne d’acheter des terres, d’apporter des améliorations et de gagner leur indépendance économique.

©Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, 1999
Lieu historique national du Canada de la Cathédrale basilique catholique St. Dunstan
Charlottetown, Île-du-Prince-Édouard

Le lieu historique national de la cathédrale basilique catholique St. Dunstan est une grande église de pierre située au centre de Charlottetown, à l'Île-du-Prince-Édouard. Elle se trouve dans une enceinte religieuse très boisée, près d'un grand palais épiscopal en pierre. Sa construction volumineuse imposante en maçonnerie, ainsi que ses tours, ses clochetons et sa façade à triple portail de style néo-gothique, lui confèrent une présence majestueuse sur la rue Great George.

La cathédrale basilique catholique St. Dunstan a été désignée lieu historique national parce que c'est un très bel exemple représentatif du style d'architecture néo-gothique le High Victorian Gothic.

L'architecte québécois François-Xavier Berlinguet l'a conçue et construite de 1896 à 1907, selon l'interprétation d'inspiration française du style néo-gothique le High Victorian Gothic. La cathédrale a été très endommagée par un incendie en 1913. L'architecte J.M. Hunter a remodelé et reconstruit en grande partie son intérieur dans un style d'inspiration plus britannique. La cathédrale St. Dunstan est le c'ur de l'église catholique romaine à l'Île-du-Prince-Édouard, et l'église-mère du diocèse. Elle a été consacrée et élevée au rang de basilique en 1929.



©Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada
Lieu historique national du Canada du Cavendish-de-L.-M.-Montgomery
Cavendish, Île-du-Prince-Édouard

Étroitement associé aux années de formation de Lucy Maud Montgomery et à ses débuts dans la carrière d'écrivain.

Green Gables, partie intégrante du lieu historique national du Cavendish de L. M. Montgomery, s'est taillé une réputation mondiale à titre de lieu ayant inspiré à Lucy Maud Montgomery le décor de son roman devenu un classique, Anne... la maison aux pignons verts. Désigné en 2004, le lieu historique national du Cavendish de L. M. Montgomery comprend le lieu de résidence de Lucy Maud Montgomery à Cavendish et le site patrimonial Green Gables.

Le lieu historique national du Canada du Cavendish de L.M. Montgomery est un paysage culturel situé près de Cavendish, à l'Île-du-Prince-Édouard. L'auteure L.M. Montgomery, qui le connaissait par cœur, l'a rendu célèbre dans ses livres sur «Anne et la maison aux pignons verts». La zone désignée comprend la Maison Green Gables, la résidence de L.M. Montgomery à Cavendish, et plusieurs éléments paysagers comme les sentiers du Bois hanté et de la Niche aux impatientes ainsi que l'allée des Amoureux, chers à Montgomery et bien connus de ses lecteurs.

Le lieu historique national du Canada du Cavendish de L.M. Montgomery comprend deux sections d'un paysage culturel intimement lié à l'auteure. La première section est la ferme des grands-parents maternels de Montgomery, où elle a vécu les 37 premières années de sa vie. Celle-ci comprend les ruines de la maison familiale et des bâtiments de ferme qui existaient de son temps, ainsi que les bocages et sentiers décrits dans ses romans. La deuxième section contient la Maison Green Gables, la ferme voisine mise en vedette dans le plus célèbre roman de Montgomery, «Anne ... la maison aux pignons verts», publié en 1908. Cette section comprend la maison dans l'environnement naturel qui a stimulé l'imagination de l'auteure et inspiré ses romans, et notamment le sentier du Bois hanté, le bâtiment de l'école, l'allée des Amoureux, le sentier de la Niche aux impatientes et le ruisseau qui babille. Ensemble, ces paysages évoquent aussi bien la vie de Montgomery que le monde romanesque qu'elle a créé.

La valeur patrimoniale du lieu historique national du Canada du Cavendish de L.M. Montgomery a trait à son évocation du monde de L.M. Montgomery, tant réel qu'imaginaire, au sommet de sa carrière. Les caractéristiques physiques des deux paysages qui ont inspiré à Montgomery ses romans, et ont donné un fondement réel à son monde imaginaire, confèrent à ce site sa valeur patrimoniale. Ces paysages comprennent les sites et leur environnement, ainsi que les bâtiments et éléments paysagers qui ont servi de cadre à la vie de Montgomery et à son œuvre romanesque.

Le site patrimonial Green Gables, aussi connu sous le nom de la maison aux pignons verts, est situé au milieu du parc national du Canada de l’Île-du-Prince-Édouard. Résidence chaleureuse et accueillante, cette maison d’un étage et demi est peinte en blanc et coiffée du célèbre toit à pignons verts. La façade principale est agrémentée par une lucarne, un petit vestibule d’entrée et les volets verts qui flanquent les fenêtres à guillotine doubles en bois.

Le site patrimonial Green Gables est un édifice fédéral du patrimoine reconnu en raison de son importance historique, de l’intérêt qu’il présente sur le plan architectural et de la place privilégiée qu’il occupe dans son milieu.

Le site patrimonial Green Gables est connu dans le monde entier comme étant l’une des maisons fictives les plus célébrées du Canada. Elle constitue l’un des meilleurs exemples d’un bâtiment associé à Lucy Maud Montgomery, auteure canadienne, qui s’est inspirée de cette maison de ferme et de ses abords pour situer son célèbre roman, « Anne… la maison aux pignons verts ». Le roman a connu un succès instantané à sa sortie en 1908 et, depuis, a été traduit en 17 langues. Le site patrimonial Green Gables attire les touristes depuis la sortie du roman et occupe une place importance dans les programmes d’interprétation du parc national du Canada de l’Île-du-Prince-Édouard.

La valeur du site patrimonial Green Gables découle de ses qualités esthétiques et de l’efficacité de sa conception fonctionnelle. Son style maison de ferme construite en étapes successives la situe fermement dans la tradition architecturale vernaculaire du XIXe siècle au Canada. Ce type d’habitation est très répandu dans l’Île-du-Prince-Édouard et presque partout dans l’est du Canada. L’intérieur de la maison a été réaménagé pour le rendre conforme à la description donnée dans les romans.

Le site patrimonial Green Gables renforce le caractère pittoresque du cadre de parc à vocation de loisirs où il est situé dans le parc national du Canada de l’Île-du-Prince-Édouard. Il est devenu un symbole de la région.

©Frank MacKinnon, Honour the Founders! Enjoy the Arts!, Fathers of Confederation Buildings Trust, Charlottetown, 1990, p.67
Lieu historique national du Canada du Centre-des-Arts-de-la-Confédération
Charlottetown, Île-du-Prince-Édouard

Le Centre des arts de la Confédération, qui occupe un pâté de maisons entier, est situé en face de Queen’s Square, dans le quartier d’affaires de Charlottetown. Ce grand complexe culturel polyvalent a été construit en 1963-1964 selon le style brutaliste moderne. Les quatre pavillons qui le composent sont distincts mais forment cependant un tout cohérent. Ils abritent un théâtre, une galerie d’art et une bibliothèque publique qui, ensemble, forment un U autour de la « Salle du Souvenir ». Il est voisin de la Province House, où se réunit l’assemblée législative de l’Île-du-Prince-Édouard.

La construction du Centre des arts de la Confédération visait à inspirer les Canadiens, au moyen du patrimoine et des arts, à commémorer les origines et le développement du Canada en tant que pays. Le centre a été construit entre 1963 et 1965 dans le style brutaliste moderne, d’après les plans de l’architecte Dimitri Dimakopoulos, de l’ensemblier de théâtre George Izenour, et du sculpteur Gérard Tremblay. David L. Klepper et Russell Johnson de Bolt de Berenak and Newman Inc. étaient les conseillers en acoustique, et William M. C. Lam, le concepteur de l’éclairage.

©Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, 1991
Lieu historique national du Canada de la Chapelle All Souls
Charlottetown, Île-du-Prince-Édouard

La chapelle All Souls, petite chapelle de style néogothique de la grande époque victorienne, est construite en grès couleur rouille de l’Île-du-Prince-Édouard. Elle est située à côté de la cathédrale anglicane St. Peter’s, ouvrage en brique de style néogothique, construite en 1867-1869, dans le centre-ville historique de Charlottetown, près de Rochford Square Park et des édifices du gouvernement provincial.

La chapelle All Souls a été classée lieu historique national en 1990 parce qu’il s’agit d’un exemple exceptionnel du style néogothique de la grande époque victorienne dans l’architecture canadienne.

Le célèbre architecte de l’île William Critchlow Harris a dessiné la chapelle All Souls à la mémoire du révérend George Hodgson, premier prêtre titulaire de la cathédrale. À l’extérieur, William Critchlow Harris offre une interprétation locale magistrale de l’architecture néogothique de la grande époque victorienne, en utilisant du grès couleur rouille de l’Île-du-Prince-Édouard, à la surface rugueuse, pour créer la couleur et la texture qui convient au style. L’intérieur conçu, du même architecte, est représentatif de ce style capable d’intégrer d’autres influences architecturales, comme le roman tardif. Les dix-huit peintures murales qui caractérisent l’intérieur sont de l’artiste canadien renommé du XIXe siècle Robert Harris, frère de l’architecte et auteur du portrait officiel des Pères de la Confédération.

©Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada
Lieu historique national du Canada Dalvay-by-the-Sea
York, Île-du-Prince-Édouard

Hôtel de villégiature estivale construit entre 1896-1899; style néo-Queen Anne.

Dalvay-by-the-Sea est une résidence d'été construite à la fin de XIXe siècle dans le style néo-Queen Anne. Il est situé à l'extrémité est du parc national de l'Île-du-Prince-Édouard, à environ 180 mètres du golfe du Saint-Laurent.

Dalvay-by-the-Sea a été désigné lieu historique national en raison de son importance architecturale nationale en tant que bel exemple du style néo-Queen Anne appliqué à l'architecture domestique canadienne.

Dalvay a été construit pour être la résidence d'été d'Alexander McDonald, président de la Standard Oil of Kentucky. L'immense terrain et le site pittoresque ajoutent au style néo-Queen Anne de la maison et témoignent de sa vocation originale comme résidence d'été.

©Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, 2006
Lieu historique national du Canada Dundas Terrace
Charlottetown, Île-du-Prince-Édouard

Dundas Terrace est un immeuble d'habitation de trois étages et demi de style néo-Queen Anne, qui a été construit à la fin du XIXe siècle. Il est situé sur la rue Water, au centre-ville de Charlottetown.

L'immeuble Dundas Terrace a été désigné lieu historique national parce qu'il est un excellent exemple d'application du style néo-Queen Anne aux immeubles d'habitation.

La valeur patrimoniale de l'immeuble Dundas Terrace réside dans l'expression du style néo-Queen Anne dans un immeuble d'habitation en bois des Maritimes. Conçu par W.C. Harris pour servir d'immeuble d'habitation, le bâtiment évoque l'unité d'une habitation unifamiliale par sa conception extérieure. Il s'agit d'un des exemples les plus anciens d'un immeuble d'habitation construit dans un but précis et d'un exemple rare d'un immeuble d'habitation en bois.

©Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, J. Butterill, 1995
Lieu historique national du Canada de l'Église-Unie-de-Tryon
Tryon, Île-du-Prince-Édouard

Le lieu historique national du Canada de l'Église-Unie-de-Tryon est une église de bois de style néo-gothique de l’apogée victorien. Elle est située dans la petite localité rurale de Tryon, au bord de la rivière Tryon, sur la côte sud-ouest de l'Île-du-Prince-Édouard. Une salle paroissiale sur le côté de l'édifice a été récemment ajoutée.

L'église unie de Tryon a été construite en 1881 pour une congrégation méthodiste, d'après des plans de William Critchlow Harris, un des architectes les plus renommés de l'Île-du-Prince-Édouard. Sa forme, simple et marquée, sa tour pittoresque et le petit nombre de ses ornements gothiques sont typiques des petites églises paroissiales rurales de style gothique de l’apogée victorien au Canada. Ce style éclectique donnait à l'architecte une plus grande liberté que celui de la phase néo-gothique religieuse précédente, plus stricte sur le plan historique.

©Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, 2006
Lieu historique national du Canada Fairholm
Charlottetown, Île-du-Prince-Édouard

La villa Fairholm est une villa en brique du début du XIXe siècle, avec une ancienne remise, située sur un grand terrain rectangulaire de la ville de Charlottetown.

La villa Fairholm a été désignée lieu historique national en 1992 parce qu'elle est un exemple rare et excellent d'une villa pittoresque du Canada atlantique.

La villa Fairholm représente la villa pittoresque telle qu'on l'interprète dans le Canada atlantique, où l'esthétique pittoresque a conservé le classicisme majestueux recherché dans les provinces maritimes. Construite pour T.H. Haviland père (1795-1867), homme politique et administrateur, la villa est un rare exemple des premières constructions en brique de l'Île-du-Prince-Édouard et un rare exemple dans l'inventaire des villas pittoresques. Le vaste terrain renforce les qualités pittoresques de la villa. Une remise de la fin du XIXe siècle complète le paysage de la villa.

©Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, 1987
Lieu historique national du Canada de la Gare-du-Prince Edward Island Railway-à-Kensington
Kensington, Île-du-Prince-Édouard

Le lieu historique national du Canada de la Gare-du-Prince Edward Island Railway-à-Kensington est un édifice en pierre de champ pittoresque avec un toit pentu à deux versants et avec, à chaque extrémité, des quais couverts. Pendant près d’un siècle, il a été la gare de voyageurs de Kensington du Prince Edward Island Railway. En 1999, la gare a été préservée en tant que pièce centrale de l’ancienne gare de triage, et elle est maintenant remise en état comme site touristique.

Le lieu historique national du Canada de la Gare-du-Prince Edward Island Railway-à-Kensington est l’œuvre de l’architecte Charles Chappell, de l’Île-du-Prince-Édouard, et a été construit en 1904-1905 par une entreprise en bâtiment locale, M.F. Schurman, pour le Prince Edward Island Railway. Le chemin de fer, dont la ligne s’étendait, entre Georgetown et Alberton, sur environ 237 km, a été mis en service en 1871. Cette gare, qui remplaçait une ancienne gare locale à Kensington, visait à faciliter la circulation des voyageurs alors que les installations pour les marchandises se trouvaient dans un bâtiment plus au nord. Le service aux passagers a été suspendu dans l’île en 1969 et la ville de Kensington a acheté la gare en 1985 afin de la restaurer et lui donner une utilisation publique.

©Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, 1990
Lieu historique national du Canada de l'Hôtel de ville de Charlottetown
Charlottetown, Île-du-Prince-Édouard

L'Hôtel de ville de Charlottetown est un édifice de trois étages en brique rouge, de style néo-roman, bâti en 1888. Il est situé dans l'arrondissement historique du centre ville de Charlottetown.

L'Hôtel de ville de Charlottetown a été désigné lieu historique national en 1984 parce que ses grandes dimensions et sa conception élégante de style néo-roman symbolisent la fierté et la confiance de la ville à la fin du XIXe siècle.

La présence imposante et la conception élégante de l'hôtel de ville de Charlottetown illustrent la période de prospérité et de croissance de la ville à la fin du XIXe siècle, ainsi que son statut de capitale provinciale. Il a été conçu par les architectes Phillips et Chappell. La version victorienne ornementée de son style néo-roman fait de l'hôtel de ville un exemple représentatif des édifices municipaux construits au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle. Son plan multi-fonctionnel, typique des hôtels de ville de l'époque, comprenait un poste de police, une caserne de pompiers et une écurie au rez-de-chaussée, ainsi que les salles du conseil, une salle d'audience et des bureaux aux étages supérieurs. L'édifice a été construit en 1888 par l'entrepreneur W.H. Fraser.

©Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, 1989
Lieu historique national du Canada de l'Hôtel-du-Gouverneur
Charlottetown, Île-du-Prince-Édouard

Le lieu historique national du Canada de l'Hôtel-du-Gouverneur est situé à l’ouest du quartier historique de Charlottetown et fait face au port, à l’endroit où le chemin Pond rejoint la promenade riveraine menant au parc Victoria. Résidence du lieutenant gouverneur de l’Île du Prince Édouard, la maison est sise sur un grand terrain connu sous le nom de Fanning Bank. Érigée au début du XIXe siècle, cette grande et élégante résidence de deux étages de style néoclassique est agrémentée d’un portique double avec pignon flanqué de vérandas et d’un revêtement extérieur en bardeaux de bois.

La valeur patrimoniale de l'Hôtel du Gouverneur réside dans son rôle symbolique et fonctionnel de résidence officielle et son architecture de style néoclassique. En tant que résidence officielle du lieutenant-gouverneur de l’Île-du-Prince-Édouard, l’Hôtel du Gouverneur est un cadre élégant et simple pour les réceptions officielles de la communauté de l’Île et l’accueil de ses distingués visiteurs. Plusieurs rénovations ont été apportées depuis la construction de la résidence en 1835 par les entrepreneurs Isaac Smith, Henry Smith et Nathan Wright. Son paysage comprend le terrain du domaine et les dépendances.

©Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, 2007
Lieu historique national du Canada de l'Hôtel-Shaws
Brackley Beach, Île-du-Prince-Édouard

Le lieu historique national du Canada de l'Hôtel-Shaws est un complexe de villégiature occupant 8 hectares (20 acres) à la plage Brackley, sur la côte nord de l'Île-du-Prince-Édouard. Il se compose d'un pavillon principal de deux étages et demi, de deux grandes granges, d'une laverie et de vingt-cinq chalets reliés par un chemin de terre battu traversant des champs cultivés.

L'hôtel Shaws est initié en 1860 lorsque la famille Shaw s'est construit une nouvelle ferme sur son terrain de la plage Brackley, et a décidé d'y accueillir des clients. Depuis cette époque, la ferme a été agrandie pour devenir ce qu’est aujourd’hui le pavillon principal, avec l’addition d’un rajout à quatre baies coiffé d'un toit mansardé à la fin du XIXe siècle, de deux baies supplémentaires au début du XXe siècle, et d’une nouvelle salle à manger du côté sud dans les années 1960. Vingt-cinq chalets pour les clients ont aussi été ajoutés au complexe au fil des ans, soit entre 1896 et 2000. L'hôtel était relié autrefois à la grande ferme de la famille Shaw, dont l'exploitation a cessé dans les années 1970, bien que deux des grandes granges (datant de 1943 et de 1944) subsistent comme entrepôts. Les champs sont encore cultivés par des fermiers qui les louent.

La valeur patrimoniale du lieu historique national du Canada de l'Hôtel-Shaws réside dans son emplacement sur la côte nord de l'Île-du-Prince-Édouard, sa fonction agricole d’origine, et à son caractère de lieu de villégiature familial et modeste ayant évolué pendant presque 150 ans. La valeur patrimoniale est rehaussée par l'ambiance agricole et de villégiature du paysage culturel, par sa composition et son évolution naturelles diversifiées, et par son cadre bucolique reposant.

©Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada
Lieu historique national du Canada Jean-Pierre-Roma-à-Trois-Rivières, (I. P. É.)
Brudenell, Île-du-Prince-Édouard

Le lieu historique national du Canada Jean-Pierre-Roma-à-Trois-Rivières se trouve à l’extrémité de la pointe Brudenell, sur la rive est de l’Île du Prince-Édouard. Le lieu comprend des vestiges de l’établissement de Roma datant du 18e siècle, de bâtiments non identifiés du 19e siècle et de l’établissement commercial Macdonald datant du 19e siècle.

En 1732, Jean-Pierre Roma a fondé un établissement français de pêche et de traite qui comportait neufs bâtiments imposants et des jardins. L’établissement survécu jusqu’en 1745, quand les troupes de la Nouvelle-Angleterre l’ont détruit après le siège de Louisbourg. Après la cession de l’île à la Grande Bretagne, la pointe Brudenell est demeurée inhabitée jusqu’au début du 19e siècle. Elle a appartenu à des propriétaires forains, qui la louaient à divers individus, dont les Macdonald, qui opéraient une entreprise commerciale et un chantier naval sur la pointe.

©Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, 1987
Lieu historique national du Canada du Palais de Justice d'Alberton
Alberton, Île-du-Prince-Édouard

Le Palais-de-justice-d’Alberton consiste en une simple salle en bois surmontée d’un toit fortement incliné. L’édifice, dont l’entrée est située sur un mur de pignon, fait davantage penser à une église de colons qu’à un palais de justice. Il est situé à Alberton (Île-du-Prince-Édouard) et doit sa renommée à sa composition néoclassique et à ses proportions élégantes.

En 1980, le Palais-de-justice-d’Alberton a été désigné « lieu historique national » parce qu’il est à la fois représentatif et le plus ornementé de la série de six palais de justice de circuit construits d’après un plan-norme, peu après l’adoption de la County Court Act de l’Île-du-Prince-Édouard, en 1873.

Tous ces vieux palais de justice, composés d’un petit édifice de plain-pied au toit incliné, ont été construits selon un plan-norme avec un porche/vestibule et une salle d’audience intérieure ouverte. Le Palais-de-justice-d’Alberton a été construit en 1877-1878 par James Wiggins and Sons d’Alberton, d’après le plan-norme conçu par le superintendant des travaux publics de l’Île-du-Prince-Édouard en 1874-1875. Son sous-sol comprend une demi-douzaine de cellules, ainsi qu’un logement de gardien. À la fin des années 1970, le bâtiment a cessé d’être un palais de justice et, depuis 1980, il abrite un musée local.

La valeur patrimoniale du lieu historique national du Canada du Palais-de-Justice-d'Alberton tient aux aspects de sa conception conformes à un plan-norme – c’est-à-dire à sa forme de plain-pied, à sa disposition intérieure ouverte et à son porche/vestibule – ainsi qu’à ceux qui le caractérisent, comme sa prison en sous-sol, sa composition néoclassique et ses proportions élégantes.

©Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, 2003
Lieu historique national du Canada de Port-la-Joye–Fort-Amherst
Rocky Point, Île-du-Prince-Édouard

Vestiges d'un fort britannique et d'un fort français.

Le lieu historique national du Canada de Port-la-Joye-Fort Amherst commémore la première colonie européenne permanente dans l'île-du-Prince-Édouard. On peut encore voir les vestiges herbeux du fort britannique; les expositions sur place expliquent l'histoire de l'endroit. Du lieu, on a une excellente vue sur la campagne et le port de Charlottetown.

Le lieu historique national du Canada de Port-la-Joye–Fort-Amherst est le vestige d'un fort du XVIIIe siècle, construit par les Français et occupé par la suite par les Britanniques. Il s'agit d'un élément paysager situé à l’entrée ouest du chenal du port de Charlottetown. Il est constitué de collines légèrement vallonnées et de vestiges des terrassements d'un fort, d'une ancienne maison de colon, et d'au moins trois autres fermes franco-acadiennes, de la garnison française, ainsi que d'installations des XIXe et XXe siècles.

La valeur patrimoniale de ce lieu a trait à ses liens historiques attestés par l'emplacement, la position et les vestiges du fort, et par l'occupation militaire franco-britannique, ainsi que par un ancien établissement acadien. Établi par les Français à l'île Saint-Jean en 1720, Port-la-Joye était le quartier général de la protection, du commerce et de l'administration de l’île. Il a été abandonné, puis capturé par les Britanniques à plusieurs reprises entre 1720 et 1758. De 1748 à 1758, les Acadiens ont établi des fermes dans les environs, et les Français ont construit un fort en forme d'étoile de style Vauban. On y trouve encore une ancienne ferme qui appartenait à Michel Haché-Gallant. Les Britanniques ont ajouté un terrassement rectangulaire devant le fort qu’ils rebaptisèrent Fort Amherst et qui demeura le principal centre administratif de l'Île-du-Prince-Édouard jusqu'en 1770.

©Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, 1987
Lieu historique national du Canada Province House
Charlottetown, Île-du-Prince-Édouard

Édifice de style néo-classique, lieu de signature de l'accord qui mena à l'Acte de l'Amérique du Nord britannique.

Berceau de la Confédération et siège de l'Assemblée législative de l'Île-du-Prince-Édouard depuis 1847, le lieu historique national Province House est un monument incontournable de Charlottetown. Les visiteurs y sont informés sur l'histoire du lieu et sur l'Assemblée législative actuelle au moyen de visites guidées, d'expositions et d'une présentation audio-visuelle.

Le lieu historique national du Canada Province House est un vaste édifice gouvernemental de style néo-classique, situé au cœur de Charlottetown, sur la rue Great George. Dominant Queen Square, il est l’un des points d’intérêt de l’arrondissement historique de la rue Great George.

La valeur patrimoniale de ce lieu réside dans son association historique avec la Confédération et le système judiciaire de l’Île-du-Prince-Édouard, de même que dans sa représentation de l’architecture néo-classique.

Province House a été conçu en 1839 par l’architecte/constructeur de l’Île-du-Prince-Édouard le plus en vue à l’époque, Isaac Smith. Sa construction a été terminée à temps pour la première séance de la législature de l’Île-du-Prince-Édouard, le 26 janvier 1847. L'objectif principal du bâtiment était de loger une assemblé législative au deuxième étage. Province House contient aussi un conseil législatif au deuxième étage où les délégués à la Conférence de Charlottetown ont tenu leurs réunions en septembre 1864. De 1847 à 1872, l’édifice comprenait des pièces au rez-de-chaussée qui étaient réservées à la Cour suprême et aux bureaux judiciaires de la province de l’Île-du-Prince-Édouard. Province House est la propriété du gouvernment de l’Île-du-Prince-Édouard.

Place centrale de Charlottetown, Queen Square est réservé, dans le tracé original de la ville, aux immeubles à vocation administrative et religieuse. Occupant le centre de Queen Square, Province House est à la limite de la rue Great George et offre une vue sur le front d’eau.

La Chambre de la Confédération a été rénovée en 1920 ainsi que pendant la période de 1974 à 1983 pour faire ressortir son importance historique. À cette époque, l’extérieur de l’édifice a été remis dans l’état où il était en 1850, alors que la Chambre du Conseil législatif (Chambre de la Confédération), la bibliothèque et une série de bureaux administratifs ont été remis dans l’état où ils étaient en 1864. Au rez-de-chaussée, la salle de la Cour suprême a également été restaurée selon les dimensions originales de la pièce.

©Strathgartney Foundation / La fondation Strathgartney, ca. 1960
Lieu historique national du Canada Strathgartney Homestead
Bonshaw, Île-du-Prince-Édouard

Le lieu historique national du Canada Strathgartney Homestead englobe les 32 acres (12,9 hectares) restants du domaine de 500 acres (202,3 hectares) de Robert Bruce Stewart, un propriétaire foncier du XIXe siècle. Il est composé de la résidence Stewart, d'une remise pour voitures à chevaux et d'une série de sept dépendances de la période de la famille Stewart, situés dans un paysage agricole.

La valeur patrimoniale de ce lieu réside dans les bâtiments et le paysage qui représentent les vestiges de Strathgartney Homestead et symbolisent le rôle de la famille Stewart dans l'histoire du mode de tenure de l'Île; et dans la capacité de ceux-ci d'illustrer le style de vie de la famille Stewart.

Le domaine Strathgartney a été construit par Robert Bruce Stewart au début des années 1860 et géré par sa famille jusqu'en 1876, date à laquelle ils l'ont quitté par suite de l'adoption du Land Purchase Act en 1875. Le homestead a subi plusieurs modifications depuis ce temps.

©Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, 2012
Parc national du Canada de l'Île-du-Prince-Édouard
Siège social: Charlottetown, Île-du-Prince-Édouard

Une aire protégée sur une côte spectaculaire.

Le parc national du Canada de l'Île-du-Prince-Édouard est formé de dunes, de cordons d'îles, de flèches littorales, de plages, de falaises de grès rouge, et de forêts. Le parc national comprend également des ressources culturelles intéressantes, tels Green Gables , qui fait partie du lieu historique national du Cavendish de L. M. Montgomery, et le lieu historique national Dalvay-by-the-Sea.

pe-f.htm
Last Updated: 23-Mar-2015